• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Alex Sindrome – chute libre [par Phllox - janvier 2014]

Après « Superdition », paru il y a pratiquement deux ans, j’estime bénéficier aujourd’hui d’une prise de recul suffisante pour apprécier le chemin parcouru par Jonathan Alexandre Persitz, alias Alex Sindrome. Il nous revient avec « chute libre », un album déclinant en 13 titres sa définition d’une pop noire électronique.

On y retrouve non sans jubilation les ingrédients qui font de ce projet musical un OVNI inclassable : des textes léchés, du cynisme en veux-tu-en-voilà, de l’humour grinçant, de la noirceur, de la moiteur du propos, des ambiances crépusculaires, des rythmiques entêtantes, des bass lines bien granulaires et hypnotiques … En 13 titres, il nous plonge dans le tunnel de son intimité, de sa lecture du monde, de son mal-être, et très probablement de ses propres névroses.

Comme pour « Superdition », il est difficile de rester insensible à « chute libre » : criants de vérité, les titres peuvent trouver une résonance relativement ambigüe avec nos propres parcours et ainsi nous plonger dans un léger malaise si on se risque à y accorder une lecture au tout premier degré. A l’inverse, « chute libre » peut tout autant prêter à sourire (et c’est bien ce que je recommande) si on se prête au jeu bien plus salutaire d’une ironie dédramatisante. Les textes ont une âme et une vraie personnalité, presque organique : à vous de décider si elle vous sera maléfique ou pas. Je reste tout autant client de la musicalité entêtante et répétitive de « chute libre ». Certes, certains y trouveront matière à critiques, mais la relative similarité des constructions, des accords et leur efficacité ne fait que cacher les perles de certains motifs instrumentaux et renforcer les lyrics. Si j’avais critiqué certains effets plaqués à la truelle sur l’album précédent, particulièrement au niveau de la voix, « chute libre » bénéficie d’un traitement plus sobre qui me fait adhérer à ce projet : un album sincère, composé par un artiste entier, faisant l’effort d’écrire en français. Notons au passage la participation de Teenage Sin Taste, un autre artiste méritant tout notre soutien. A ce titre, peut-être qu’Alex Sindrome serait inspiré de multiplier à l’avenir ce type de collaboration, afin d’apporter plus de diversité musicale et ainsi faire évoluer son projet.

Pour conclure, je tiens à préciser que j’écris ces lignes un 31 décembre, une chronique en épitaphe de cette sombre année 2013 et me prépare à sélectionner quelques titres pour la soirée qui m’attend dans quelques heures : « mon amour », « anima », « nocturne à l’arrivée » et surtout … « noyade interdite ».

URL :

Permalink :