• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Architect • Sonic Area • Hologram_ [par l.i.a - octobre 2015]

Ça se passait il y a un an, et c’était la double surprise : celle de voir Audiotrauma ressortir de sa léthargie à l’aide d’Ant-Zen, et celle que le label nous projette à la figure l’une des découvertes de l’année avec le Geometrical Keys de Hologram_, album excellent auquel on pouvait tout juste reprocher quelques maladresses de jeunesse. C’était donc avec impatience qu’on attendait de le voir revenir mais nouvelle surprise ! Il a cette fois ramené ses grands frères : son partenaire de label Sonic Area ainsi que l’illustre Architect.

Si l’album est présenté comme un split, les pistes ne portent pas de nom d’artiste : en accord avec son concept alchimique, l’œuvre se veut être la fusion de ses trois composés pour un résultat sublimé. On imagine aisément la sauce prendre concernant les deux français, dont le style partage certaines similitudes - notamment dans l’art des ambiances labyrinthiques et le maniement de l’intensité - et qui s’étaient déjà croisés autour d’un remix de Chrysalide. Mais c’est une toute autre paire de manche quand on les confronte à Architect, celui-ci ayant quitté le genre industriel pour partir en roues libres dans des contrées plus doucereuses dont lui seul semble détenir les clés.

Alors qu’en est il de cet assemblage alchimique ? Force est de constater que l’hétérogénéité de ses composés se fait ressentir. Les morceaux s’avèrent tous agréables à l’écoute, mais peinent à dégager un souffle épique, comme si tiraillés entre les fortes personnalités de ses auteurs ils ne se laissaient pas entièrement emporter vers leur plein potentiel. C’est d’autant plus frustrant qu’on sent fréquemment l’étincelle de génie apparaître avec timidité, mais se restreindre pour mieux rester dans le cercle hermétique. Et la maladie du split apparaît sur l’ensemble : difficile de se faire emporter par l’album comme un tout cohérent, tant celui-ci semble réajuster ses marques à chaque nouveau morceau.

Quelques pépites parviennent à émerger dans le lot. "Steaming the lab" remplit parfaitement son office d’introduction, montée progressive qui ne perd jamais de sa douceur, même quand vient son explosion. "Spark the coil" s’essaie à un peu plus de dureté, mais il faudra attendre "Solaris Splendor" - aux curieux accents de Mondkopf - pour que les choses deviennent sérieuses. Les morceaux suivants nous renvoient aux délicieuses ambiances de mystère typiques à Sonic Area, mais c’est surtout "Talking with birds" qui retient l’attention, petite bouffée de fraîcheur et de magie. Après quoi malheureusement, l’album n’en finira plus de se terminer.

S’il fallait faire une comparaison douteuse, "We Are The Alchemists" fait un peu l’effet d’une pizza trois fromages : on peut difficilement se tromper avec, il y a de nouvelles saveurs à chaque bouchée, cependant ça n’atteint pas la subtilité des ingrédients pris séparément, trop mélangés pour se démarquer. Alors oui c’est assurément délectable... mais quand la pierre philosophale nous était promise, une pizza peut être un poil décevante.

URL : We Are The Alchemists
Label : Audiotrauma

Permalink :