• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Babylone Chaos Flying Bodies Under The Clouds [par Phllox - mai 2011]

Dès la première écoute, "Flying Bodies Under The Clouds", m’évoque une réflexion. A priori "assemblage" me fait penser à cépage (pour aboutir à un grand cru). Dans un registre moins organoleptique, je pense à une composition, touchant à la peinture ou à la sculpture, quoi qu’il en soit plus ou moins dadaïste. Et en y réfléchissant deux secondes supplémentaires, « assemblage » devient une démarche artistique regroupant différents objets dont le but est d’en renouveler les signifiants artistiques pour créer une nouvelle œuvre collective. J’aboutis alors et sans peine à "Flying Bodies Under The Clouds", un digipack limité à 500 exemplaires, sorti fin 2010 sur OPN.

Babylone Chaos, a.k.a. Botchan Karisen, ou devrais-je dire Julien Cornu (ou alors Human Object, ou pourquoi pas Kördha, ... ) n’en est pas à son coup d’essai et c’est peu de le dire. C’est estampillé de son projet le plus prolifique qu’il signe ces 9 ambiances et paysages sonores, entremêlant drones, nappes, percussions, rumeurs, voix, et samples.

De la musique concrète au field recording, l’objet musical est à la fois le plus identifié et le plus flou dans ses limites, ses contours et ses juxtapositions. Une écoute superficielle aboutirait probablement à de la lassitude, voire du rejet : nous sommes très loin d’un dancefloor et il est peu vraisemblable que vous entendiez un jour, même par accident, un de ces 9 tracks au Macumba club (pour les intéressés : Centre Commercial - 59320 Englos / Infoline : 03 20 92 07 44).

Sans pour autant être élitiste, "Flying Bodies Under The Clouds" n’en est pas moins un objet rare et précieux. Il mérite donc un minimum de respect pour en apprécier les richesses et subtilités. Ce serait lui faire injure et vous passeriez à coté, si vous tentiez une écoute en voiture, ou pire sur la chaîne pourrie de votre petit frère.

Dès lors, Babylone Chaos nous présente 9 séquences sombres en parfaite maîtrise de leurs rythmiques lourdes - profondes - caverneuses, de bribes sonores, de samples furtifs, de nappes éthérées, toxiques ou inversement protectrices. Nous sommes souvent pris au dépourvu tant il semble difficile voire impossible d’anticiper les prochaines mesures et leurs motifs. C’est un peu déstabilisant, mais c’est bien ce que j’aime : plonger dans l’univers de l’artiste, ses joies, ses peines, et ses névroses ; se faire prendre par surprise au détour de quelques notes de violoncelle (« Sun Disaster »), par un bâton de pluie soutenu d’une lancinance féminine (« Koma and Haiku »), ou enfin par un léger swing (« Hidden lands »). Au fur et à mesure, on réalise que pour l’essentiel, les morceaux présentent des points d’ancrage permettant d’accrocher et de tisser une structure (presque savamment) logique. Le mixage de l’ensemble est remarquable : chaque note, chaque son, chaque idée est à sa place et tous demeurent distincts.

Au final, impossible de ne retenir qu’un seul morceau, mon cœur balance entre « Koma and Haiku » et « No one needs…. », l’un, pour sa structure hypnotique, l’autre parce que ça bruisse, ça pianote, ça grésille, ça vit et sans pouvoir vraiment l’expliquer … ça crée une belle harmonie. "Flying Bodies Under The Clouds" se conclut par « Vicious flavor » dont je reprendrais bien une effluve aussi.

A la vôtre !

URL :
Label : OPN
Artiste(s) : babylone chaos

Permalink :