• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Black Lung - The Soul Consumer [par Havoc - décembre 2010]

Dire que David Thrussell est un de ces génies méconnus qui mériterait davantage de reconnaissance des masses serait une absurdité, vu le combat que ce personnage a toujours mené contre le capitalisme, la vulgarité et la musique jetable. Depuis le début des années 90 cet australien givré mène de front une carrière tricéphale partagée entre son projet vocal SNOG, l’épisodique SOMA et sa face plus obscure et expérimentale BLACK LUNG. Dire que cet homme a accouché de quelques chef d’œuvre bien avant d’être signé sur Ant Zen/Hymen ou Ad Noiseam relève de la banalité tellement son travail a pris des directions de plus en plus convenues et consensuelles depuis le précèdent opus "Full Spectrum Dominance". Ce nouvel album, publié sur Ad Noiseamn ne déroge pas à la règle, malgré quelques grands moments de fulgurance créatrice (baroque orchestral ?)proche de ce que fait un FOETUS on s’ennuie quelque peu en écoutant ce qu’il produit aujourd’hui.

Bien entendu sir Thrussell reste au dessus de la mêlée, mais au même titre qu’ARCHITECT, le fait d’avoir intégré des sons breakbeat et dubstep dans sa musique (qui avait jusque là un univers d’avance sur l’avant garde electronica) l’a rendu plus facile d’accès, plus évident, plus prévisible. Honnêtement comme beaucoup d’albums publiés chez Ad Noiseam ces dernières années, ce BLACK LUNG est très difficile à digérer en une seule fois. Explorant à la fois des mondes symphoniques et baroques, on ne reconnait plus grand chose du Black Lung des années 90 (époque "Silent Weapons for Quiet Wars " ou "The Depopulation Bomb "), les rythmes se sont fait plus actuels, les ambiances toujours catastrophistes laissent la place à des influences free jazz sur un titre, un autre track sonne trés rockab’ electro avec des synthés apocalyptiques ("Sapphic Trysts And Burnt Lips").

Malgré mon opinion mitigée j’ai bien aimé les morceaux "Sauteed Outre Members" qui me fait penser à un mélange des Buggles et de Sonar et "Mr Love Teeth (Afterlife Remix by Monster X)" vraiment excellent. Seuls éléments du Black Lung qui nous retournais les neurones il y a 15 ans deux instrumentaux industriels bien filmographiques, piètre consolation : le projet Black Lung restant tout de même plus intéressant que les deux derniers SNOG, absolument pop fadasse et convenue.

Sans vouloir charger la mule je dirais qu’aujourd’hui celui qui avait une longueur d’avance sur tout le monde et qui tutoyait la créativité de gens comme Aphex Twin ou Autechre au début des 90’s a fini par se transformer en n’importe lequel de ces groupes interchangeables de la scéne indus actuelle en version pilotage automatique malgré le savoir faire incommensurable d’un David Thrussel.

URL : http://www.adnoiseam.net/adn136
Label : Ad Noiseam

Permalink :