• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Caprice - Kywitt ! Kywitt ! [par Cypher - juin 2008]

Caprice fait à la fois figure bien pensante baroque anglaise flamboyante et OVNI musical russe, et ce depuis plus de douze ans.

Ayant délaissé ses origines slaves, l’ensemble dirigé d’une main de maître par Anton Brejestovski se positionnait comme un digne successeur d’un Prokoviev dans les évocations pastorales et naturalistes paneuropéennes, de l’Atlantique à l’Oural.

Déjà l’avant-dernier album, Sister Simplicity, annonçait la prise non pas d’un virage, mais d’une courbe moderniste qui n’était pas sans déplaire aux amateurs du genre... et quel genre !

Un chant féminin léger, aérien, comme le climat estival du Suffolk, assorti tantôt de violons, alto, clavecins et épinettes, clarinettes et hautbois impeccables, évoquent chez l’auditeur les toiles les plus célèbres de Thomas Gainsborough.

On nage en plein baroque anglais mais il se produit alors d’innombrables digressions rythmiques, rapprochant alors le projet de ses origines plus à l’Est, et du contemporanisme de ses participants. Parfois les virages s’effectuent un peu trop à l’oblique, et semblent traverser l’Atlantique comme sur le titre "Peggy O" un peu trop osé pour l’ensemble, voire, pour certains, totalement irrelevant.

Seul repère invariable, intemporel et d’une justesse méritoire : le lyrisme de Inna Brejestovskaya. La scène heavenly est en effet marquée par des couples mythiques, qu’ils soient juste à la scène ou bien, en plus, à la ville : Lisa Gerrard / Brendan Perry (Dead Can Dance), Jean-Christophe D’Arnell / Chloé Saint-Liphard (Collection d’Arnell-Andrea)ou Arkdae / Marquise Ermia puis Dame Pandora (Dark Sanctuary), et c’est bien souvent autour de ce soliveau que le projet gravite, évolue, et parfois meurt avec lui.

Ce n’est toutefois pas ce que nous souhaitons à Caprice. Qu’ils continuent à nous faire rêver à Shakespeare, Thomas More, Les Frères Grimm, les elfes, et tout ce qui relie l’Ouest à l’Est.

Au fait, que signifie ce mystérieux titre, Kywitt ! Kywitt ! ? Anton Brejestovski répond :

Anton Brejestovski a écrit :
"Kywitt ! est né en Novembre 2006 pendant ma lecture des contes des frères Grimm traduits par Zhukovsky. J’y ai découvert un poème amusant "Kywitt ! Kywitt !". Il m’a inspiré ma première chanson. Par la suite, j’ai découvert un livre sur les elfes, la féerie et les arts magiques, j’y ai lu l’histoire d’un bossu qui entendait des elfes chanter une chanson "Monday, Tuesday..." et qui ne pouvaient la finir, alors le bossu entonna "Wednesday !". Il chanta si bien que les fées gracieuses firent disparaître sa bosse. Ce conte a orienté tout l’album vers les contes de fées."

URL : http://www.prikosnovenie.com/
Label : Prikosnovénie
Artiste(s) : Caprice

Permalink :