• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Christopher Kah - Burnt [par Phllox - août 2011]

Après l’incontournable A Wonderful Dark World, paru en 2005 chez Axess Code, et quelques rares singles distillés de-ci de-là, Christopher Kah rompt enfin le silence et revient en force avec Burnt, un EP de 5 titres originaux, édité par SonicAngels records (plate-forme de coproduction et cofinancement par les fans). Non content de mettre ses tripes sur la table, Christopher Kah a mis à contribution la fine fleur de la scène Electro estampillée « Made In France » (The Hacker, David Carretta, John Lord Fonda, etc.) pour nous offrir en contrepoints 5 remixes supplémentaires. Rien de bien révolutionnaire, mais le résultat nous réserve quelques surprises.

Des 5 titres originaux, le titre éponyme « Burnt » épouse à la perfection, de part son grain, la veine Analog / Electro chère à Rebotini, The Hacker ou Millimetric. On y retrouve un Christopher Kah non pas « cramé », mais inspiré par une nostalgie touchante aux réminiscences quelque peu New Wave. Dans la foulée, « Dao Valence » poursuit la lignée avec certes plus de discrétion, de calme, d’élégance, mais on se laisse à nouveau entraîner et, en fermant les yeux un instant, on se retrouverait presque les pieds dans le sable fin, un verre de mojito à la main, en pleine beach party. Les trois autres titres déversent beaucoup moins de charges émotionnelles, mais, à l’inverse, travaillent sur la mécanique répétitive des arpèges et des rythmiques : c’est extrêmement bien construit, carré, efficace, presque hypnotique (« Electro Body Manipulation »). Malheureusement, je regrette qu’il manque ce petit supplément d’âme, particulièrement sur "Revolution 909" (Part 1 & 2). Et c’est bien là que les remix pourraient jouer un rôle.

Des 5 remixes, j’ai clairement été convaincu par celui de Kordan sur « Dao Valence » qui rajoute une magnifique scénographie en capitalisant encore plus sur la douceur mélodique de la version originale. Radical G vient, quant à lui, rajouter ce supplément d’âme faisant défaut à "Revolution 909" : déconstruit, il devient un objet plus sensuel. A l’inverse, le traitement infligé par The Hacker sur ce même titre est plus que décevant : il n’apporte rien. Restent les deux remix de « Burnt » : tous deux exploitent efficacement la belle génétique du titre original : celui de John Lord Fonda, beaucoup plus tendu, en fait une véritable bombe Dance Floor. David Carretta a quand à lui choisi de conserver et de travailler l’essence nostalgique de « Burnt », choix créatif dont je lui sais gré.

En bref, « Burnt » est un bel aperçu de ce que sait produire la scène Electro française. Et à l’écouter, on ne peut que regretter que Christopher Kah ne soit pas plus prolifique.

URL : http://christopherkah.com/

Permalink :