• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Chronique STOLEARM ""An index of failures" Free EP [par Aleph - octobre 2010]

Stolearm, porté à bout de bras par l’unique compositeur Lucien Dell Eglio, est un projet datant de 2003, avec un LP, un EP ainsi que plusieurs démos, collaborations, remixes et covers à son actif. Votre serviteur fut fortement impressionné par un concert donné à Lyon en 2009, le frontman d’alors étant assisté de Julien Ass aux synthés et à la guitare. Une énergie flamboyante à couper le souffle irradiait de la scène, un dynamisme saisissant qu’on retrouve condensé ici dans leur nouvel EP « "An index of failures" disponible en téléchargement gratuit chez Mekkanikal et Vault 106.

Les morceaux proposés présentent un climat très connoté heighties, mais dans le bon sens du terme, c’est à dire dépourvu de toute nostalgie ou obséquiosité malvenues. Stolearm prend le meilleur de ces années synthie/new-wave, délaissant le sirupeux et l’auto-parodie, et l’enrichit d’une EBM-indus vigoureuse, le tout souligné par un chant aux intonations reznor/smith très convaincant.

Ecouter du Stolearm, c’est d’abord être constamment étonné. Loin des structures de morceaux très « binaires » qu’on trouve généralement dans ce style musical, le compositeur nous balance des cassures, des changements de rythmes ou de tempos, des breaks vertigineux, des cavalcades suivies de basslines étourdissantes qui projettent véritablement l’auditeur dans une autre dimension (les très canadiens « galpropta » et « secret secretions », ou l’industriel « treasure of wounds »). L’intéressé possède un gros bagage en terme de background musical, cela s’entend, mais il n’en fait nullement étalage, ne verse pas dans le démonstratif et se contente de mobiliser ses connaissances pour les mettre au service de la spontanéité, de la fraicheur, et de l’efficacité.

Stolearm sait cependant s’assagir, pour délivrer des perles de synthpop soutenues par des guitares aériennes (le superbe « eagles and keys, « marbles and pearls ») ou des sons de synthés délicieusement surannés (« undone »). L’EP se clôt sur un « trains » très Gridlockien, d’une noirceur inattendue, démontrant encore une fois la palette de tons surprenante d’un peintre-compositeur entièrement possédé par son art.

Passionnant à tous points de vue, Stolearm fait montre d’une virtuosité relativement impressionnante. Revigorant quelque peu une scène nationale parfois lassante de par son manque d’originalité et de renouvellement, je suis d’autant plus convaincu que nous n’avons pas fini d’en entendre parler. Une valeur sûre… essayez, d’autant plus que l’EP est gratuit.

URL :

Permalink :