• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

CHRYSALIDE "don’t be scared, It’s about life ...." [par Havoc - avril 2011]

Je me suis tâté avant de chroniquer ce disque alors que je n’étais pas du tout fan du premier album trop fouillis et pathos à mon goût. J’aurais bien eu tord de ne pas faire cette chronique, notamment au vu du fulgurant résultat niveau production de la nouvelle chrysalide qui se métamorphose devant nous en papillon à tête de mort du "Silence Des Agneaux".

Hannibal Lecter muni de son scalpel vous dissèque le cerveau sans anesthésie, le plaisir de voir nos neurones repluggés avec ceux d’un psychotique en proie à d’impressionnants flashes de LSD. De l’acide coule dans les veines de ce disque, chaque track nous emporte de plus en plus loin dans l’univers malade des frères Arco & Syco soignés par le bon docteur Amnesy qui donne une brillance et une contondante sans précédent aux sons bruts & industriels produits par les deux frangins audiotraumatisés.

Le soin porté à la production de chaque titre, la beauté mélodique et la puissance du rendu sonore force le respect. Et même si 2 ou 3 titres plus down tempo souffrent d’un côté balade skinnypuppiesque un peu mièvre le reste de la tracklist replace le combo dans la cour des grands, OHGR et NUMB en tête. Voix distorsionnées, breakbeats lourds, séquences hardcore, synthés orchestraux, et rage non contenue font de cet opus une des meilleures prods electro-industrielles que la scène dark française ai vu naître cette dernière décennie. Des morceaux comme "fuckin doubt" ou "2010" résonnent encore dans nos têtes une fois le disque terminé. La bombe nucléaire de l’album, ici nommée "give me something stronger" ferait passer un set de Manu le Malin pour de la samba tellement le kick destroy tout sur son passage. Les nappes et les samples orchestraux wagneriens vous explosent le cortex jusqu’à la dilatation totale des pupilles. Ce morceau est un tube d’une violence inouïe, un coup de matraque derrière la nuque, le résumé sans équivoque du rejet de tout formatage social et l’hymne d’une génération insatisfaite de la médiocrité qui nous étouffe à longueur de journée. Rien que ce "give me something stronger" m’a convaincu que Chrysalide sont en train de devenir les nouveaux Punish Yourself du 21eme siècle, à la fois plus puissants et baroques que cinglants et torturés.

Délaissant toute connotation métal et rock à leurs ainés cyberpunks les beats hip hop et les basses dubstep martiales annoncent l’accouplement d’Alien et de Cthulhu, le résultat de cette monstrueuse copulation est un papillon psychédélique, un sphynx aux ailes noires et à la tête de mort radioactive, un insecte qui rentre par votre bouche ouverte et qui dissémine toutes ses molécules psychotropes dans la plupart des cellules de votre corps.

Le disque que l’on attendait pour la décennie à venir, un nouveau mètre étalon avec lequel il va falloir compter pour continuer à sortir encore des albums estampillés "electro indus".

Pedro aka Havoc

URL :
Label : Audiotrauma
Artiste(s) : Chrysalide

Permalink :