• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Cute Kitten Eaters - doubleplusgood is slavery [par VX69 - octobre 2010]

Ayant eu la chance de les voir en live (au Mondo Bizarro, lieu culte s’il en est), j’avais pu constater de visu – et c’est encore la meilleure façon de le découvrir - que CKE ont du potentiel. Musiciens solides, chanteuse tout aussi solide – je réserve le « charismatique » pour plus tard -, un son pas encore maîtrisé mais largement au dessus de la moyenne des groupes à ce stade de leur existence, compos très honorables… Du potentiel, oui, à défaut de l’étincelle de la folie. Vous trouvez que je suis un public trop facile ? C’est juste que j’ai vu des dizaines de groupes démarrer, et que la plupart étaient bien loin de ce qu’ils allaient devenir… Bref, en les voyant, j’ai parié sur CKE. L’écoute de ce premier CD – démo, aurait-on dit dans le temps – ne m’a pas fait changer d’avis, et m’a même conforté dans l’idée que le groupe, au-delà de son état actuel, promet beaucoup. Je passe sur le son, on sent le manque de moyens ( notamment pour la batterie et la basse, parents pauvres de c mix) et je ne vais certainement pas leur reprocher, pour aller à l’essentiel : là où ? , en live, m’avait plus frappé par son énergie que par sa personnalité vocale, sur cd j’ai été sérieusement bluffé. Non pas que sa voix soit « exceptionnelle », techniquement ; mais la puissance est là, et surtout un sens de la dramatisation mélodique qui rappellera aux vieillards comme moi les bons moments d’une certaine Siouxsie Sioux… Oui, Siouxsie, vous avez bien lu, même si la musique de CKE se rapproche plus de Faith No More que des Banshees. Il y a dans la voix de ? tous les germes pour nous donner une grande performeuse, sensation renforcée par des arrangements vocaux et des doublages malins, qui m’ont – toutes proportions gardées – rappelé les excellents Sleeping Dogs Wake. C’est donc avec plaisir que s’enfilent les cinq morceaux, entre indus-rock à tendance crossover nineties et heavy goth ; même un titre en français (heureusement doté d’un refrain très accrocheur) ne casse pas le rythme… les arrangements électroniques sont discrets mais bien sentis, les rythmiques font sentir qu’avec un gros son elles iraient jouer sur le même terrain que le Killing Joke de Night Time, les guitares ont du grain sans jamais envahir le paysage sonore… CKE est un groupe à la croisée des chemins, qui doit certes continuer à battre le fer mais a toutes les cartes en main pour aller loin. Prenez la peine de les écouter, et surtout d’aller les soutenir en concert : avec Systr, un des groupes les plus prometteurs de la nouvelle scène rock-indus française.

URL :

Permalink :