• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Dekad – Monophonic [par Phllox - mai 2011]

Vous souvenez-vous des jeux de votre enfance ? Cela m’arrive de temps en temps. Prenez par exemple le jeu des 7 familles. L’idée est simple : il s’agit de recomposer une famille virtuelle en dépouillant le jeu de vos petits camarades. Bien sûr, j’ai grandi depuis, mais aujourd’hui j’ai quand même envie de dire - dans la famille des « Tontonz », je demande JB !

Le label marseillais BOREDOMproduct nous abreuve depuis 2002 d’un flot de productions synthpop parmi lesquelles celles de Dekad. Et il s’agit bien d’une famille. Les liens affinitaires pour ne pas dire filiatifs entre les différents projets du label semblent évidents : particulièrement ceux qui unissent JB (Dekad) au duo Foretaste. D’ailleurs, ce dernier, dès le retour de Pierre (Terrorist_XY) en France ne tarda pas à intégrer JB en configuration live. Et oui, il aurait été dommage de se priver d’un second clavier, doté d’une voix et d’un sens de l’humour acéré, … ce qui ne gâche rien en définitive.

D’un quatuor en 2000, Dekad passa rapidement au trio jusqu’au second album « Confidential Tears » sorti en 2006, pour enfin renaître de ses cendres en projet solo à partir de 2009. Jean-Benoît Lacassagne, JB, ce fils « prodige » existe bien réellement par lui-même et ce dernier opus en est la parfaite illustration.

Sans bouleverser ni révolutionner l’ordre romantique et bien propret de la Synthpop, « Monophonic » s’avère efficace, créatif, récréatif et attachant. D’emblée, il faut le dire, c’est du bel ouvrage. La production est léchée. Elle s’appuie sur un alliage agréable de mélodies s’exprimant au travers d’influences bien perceptibles : New wave, Electro, Pop, et enfin EBM.

Le premier titre « New religion », par son énergie, donne le ton, presque comme la réincarnation d’un D. Myer au meilleur de son inspiration. S’enchaînent ensuite les titres de manière cohérente, et ce sans faute de goût. Certains ont particulièrement attiré mon attention. C’est le cas par exemple de « So Sorry », magnifiquement interprété en duo avec Sylvie Billy (Terrorist_XX sur Foretaste), ou de « Sometime ». L’un orienté dancefloor, l’autre plus intime, jouissent tous deux d’accents New wave, et transpirent d’un romantisme noir et torturé auquel il est difficile de rester insensible. « Monophonic », unique morceau instrumental conclut le tracklist en nous imprimant de sa froideur électronique minimale, à un point que l’on en est presque à regretter de ne pas en entendre d’avantage.

A ce CD vient s’ajouter « So Sorry » un EP de 4 remix, uniquement disponible en téléchargement.

S’il y avait ne serait-ce qu’une critique à formuler, elle serait presque en guise d’encouragement : poursuivre le travail sur la voix (élément pivot de la composition et des arrangements) en cherchant à gommer un peu plus encore cet accent « Frenchy », qui certes, pourrait ravir d’émotions une fan d’outre atlantique ou originaire de la perfide Albion.