• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

End.user - 1/3 [par Stolearm - octobre 2010]

End.user propose cet Ep relativement court mais concentré, qui semble être la mutation non identifiée d’un Breakbeat "urbain", envoutant et étourdissant à la fois. Bien que ce terme "urbain", vague et caricatural, est à prendre avec des pincettes, il y a ici une tentation dérangeante de l’utiliser, tant la connotation de "paysage sonore industriel" est forte.

Les compositions sont propulsées par un aspect mélodique bien plus présent et fédérateur, alors que certaines principales propriétés du style d’origine se concentrent surtout sur l’impact des sonorités et des rythmes. Imaginez vous en descente précipitée dans un escalier, des casseroles attachées aux chevilles, votre chandail s’accrochant sans cesse à des échardes murales.

Pendant le démarrage progressif de la première pièce, End.user arrive à créer une tension efficace, nous tenir en otage, avec une simple nappe et un hi-hat. Une voix féminine va déverser une pop sirupeuse, mais pas si désagréable. Des énormes nappes vrombissantes viennent volontairement troubler et carboniser la chanson, sous les rythmes triturés, imposants et pitchés. Alors que les synthés semblent faire barrage, on est toujours porté vers le haut par la mélodie. Sur une mer houleuse, End user donne des repères assez agréables pour créer des tubes potentiels. La musique étant par ailleurs assez chargée, elle requiert un contexte propice à l’écoute.

Le deuxième morceau, servi sur son lit de pads bouffants comme des limaces écrasantes et son rythme quasi Ragga, se développe sur un squelette similaire au premier. Le compositeur se concentre non seulement sur le traitements des rythmes à l’aide de filtres, mais aime favoriser les échanges entre claviers et breaks rythmiques. Ces changements, évolutions perpétuelles et implacables, deviennent prenantes et non accablantes, étant donné quelle se déroulent sur une base mélodique stable, répétitive.

Le troisième titre est une pièce maitre encore plus terrifiante et physiquement provocante. Speedy J n’est pas si loin, dans ces raclements de hangar remarquablement maitrisés. End User lâche les chiens, ce qui ne nous empêchera pas de balancer nos hanches contre les murs et de plonger tête première dans le béton liquide. Le remix de « Interruption » comporte quelques réminiscences Dubstep évidentes. On croirait presque à une intervention d’Asian dub fondation, suggérée par quelques sons rappelant leur productions de la période R.A.F.I. En dehors du carcan Breakbeat, End.user peut rappeler un AdamF amputé de sa touche Jazz, Four Ears, Meat beat manifesto ou Basement Jaxx, pour retomber sur des consonances évoquant presque la Dance ou Trance oldschool des années 90.

Nous voici plongé dans une sorte de Jungle industrielle qui offre une fenêtre évasive vers un extérieur lumineux et terrestre. Contraste, énergie, variation d’épaisseur et d’amplitude, stimulation des mâchoires et des oreilles, jeux de tensions, mutations de textures : on sent la volonté de bien faire, desservi par un mix rugueux, gourmand, mais parfait.

En somme, un excellent EP provoquant, du pur concentré qui nous laisse sur notre faim. Il aurait le mérite de nous ramener sur les dancefloor, et au moins celui de notre chambre. Idéal pour les soirées "craquage total".

URL : http://www.adnoiseam.net/adn125
Label : Ad Noiseam

Permalink :