• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Haujobb - Dead Market [par Epoque - août 2011]

Il m’aura fallu quelques écoutes attentives de ce nouvel album de Haujobb pour parvenir à une phrase synthétisant le fond de ma pensée : "Dead Market est un Rubik’s cube."

Plein de couleurs bien qu’issu d’un concept unique, un objet que l’on ne sait pas par quel bout prendre, mais qui révèle parfois d’inattendues richesses. L’album s’articule autours du morceau original et éponyme "Dead Market" remixé par quelques "grands" noms de l’electro alternative tel que The Horrorist ou Absolute Body Control.

Et là, à mesure que les tours de pistes s’enchainent, il me vient à nouveau cette réflexion au sujet du manque d’ambition et d’envergure de nombre de remix des pointures du genre. Comme si, une fois le succès acquis, il n’était plus nécessaire de se plonger dans la recherche du son, dans l’envie de nouvelles choses, comme si l’imagination cessait d’exister avec la reconnaissance du public.

Je caricature sûrement mais la version du morceau par The Horrorist est passablement ennuyeuse, voir même agaçante lorsqu’il s’évertue à mettre la voix, l’élément le moins intéressant de l’œuvre original, en avant. Le morceau montre un sursaut d’intérêt pour lui-même dans la dernière minute mais le mal est fait.

Mais tous ne s’en sortent pas aussi médiocrement. Exes, qui prend la suite, prend un chemin nettement plus intéressant en superposant plusieurs lignes mélodiques et le résultat, sans être incroyable, est agréable.

Parmi les bonnes surprises de cet album, on trouve aussi l’autre morceau original d’Haujobb le profond "Letting the Demons Sleep (Nightmare)" qui est, à mon sens, bien plus intéressant que "Dead Market" à tel point que je me suis demandé si ce n’était pas ce dernier qu’il aurait fallut remixer. Ici, les vagues de basses accompagnent des échos de sonorités sournoises tapis dans l’ombre, et le thème principal est d’une douceur hypnotique exemplaire. Là je suis d’accord car même la voix, plus dark et distordue est réussie.

La piste suivante est elle aussi une chouette découverte puisque le parti pris de Nomenklatur d’opter pour une lourde minimal dense ,propre et dansante et de mettre la voix en retrait, est probablement le choix le plus judicieux. On perd en fidélité vis à vis du morceau original ce que l’on gagne indéniablement en efficacité.

La version d’Absolute Body Control est très belle, surtout la seconde partie du morceau et ses envolées mélodiques nostalgiques en revanche je ne retiendrai pas grand chose du dernier morceau.

A la manière du Rubik’s cube, il faudra persévérer pour extraire les subtilités de ce court album car les similitudes entre les différents remixes sont grandes et ne donneront pas forcément envie de chercher plus loin.

Dead Market n’est pas un mauvais album, peut-être un peu "facile" dans l’idée et c’est ce que l’on pourrait lui reprocher.

URL : http://haujobb-music.com/

Permalink :