• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Life’s Decay - Lysselia [par Mario 51 - août 2006]

Un an après la sortie de l’album « Anleva » en 2005, Life’s Decay nous présente cette année son dernier opus « Lysselia ». Jusqu’à présent, il s’agissait du projet solo du français « Lyktwasst », compositeur qui a la particularité d’être un musicien très complet, puisqu’il joue et enregistre lui même tout les instruments présents sur le disque, et qu’il est également l’auteur de sa pochette du disque. Pour « Lysselia », ce dernier s’est offert les services d’une chanteuse parolière Aléa, qui est ainsi la première personne autre que le compositeur à intégrer le projet. Dès la première écoute, on est très rapidement mis dans le bain de ce que va nous réserver l’album, à savoir quasiment que des instruments acoustiques et classiques mis en forme par quelques nappes de synthé, des pistes de chants qui hormis le fait d’être doublées ne comportent aucuns effets apparents, et des rythmiques dans une veine très traditionnelle voir classique. L’atmosphère générale du disque est très sombre : gros accords plaqués au piano, des cordes pour accentuer la mélancolie, une voix féminine qui nous murmure à l’oreille des textes permettant un rapprochement à du « Dark Sanctuary » voire du « Die form ». Cela concerne une grande partie de l’album, mais deux morceaux ont particulièrement attiré mon attention : le tout premier « Majestueuse » qui sonne presque « Death rock » avec une basse très présente , une batterie qui emballe l’auditeur dans une sorte de valse de la mort , et une ambiance assez morbide ; le dernier titre « Wheire » qui dérape vers l’ambient et pousse un peu plus la recherche de sons. L’album est à mon goût un peu trop linéaire, cependant il reste dans l’ensemble une forme cohérente qui se rapproche beaucoup de la Coldwave. Ce qui fait défault à cet opus, se situe principalement au point de vue de la production, qui n’est pas au niveau de la performance musicale qu’a accomplie Lyktwasst. Il manque de pêche au rendu final, pour que toutes les sonorités puissent être réellement savourées à leur vraie valeur, et c’est dommage.