• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Mensch - Mensch [par Phllox - juin 2012]

Avec Mensch, le duo féminin éponyme (Vale Poher et de Carine di Vita) signe son premier album chez Tsunami-addiction (TA-CD02). C’est avant tout l’histoire d’une belle rencontre entre deux nanas pleines de talents qui vont s’accrocher, autoproduire un premier EP il y a deux ans et nous prouver une fois de plus aujourd’hui que la simplicité est bien la coquetterie du bon goût.

Simplicité : l’une donne de la voix, l’autre de la basse, rythmique minimale et franchement ça suffit amplement à créer cette tension, cette sécheresse où rien de superflu ne vient polluer les huit titres de l’album. Les voix s’entremêlent, les instruments font leur job.

Coquetterie : parce qu’elles sont belles, parce qu’elle est brune, parce qu’elle est blonde, parce qu’elles sont authentiques et ne se la racontent pas.

Bon gout : et oui, il m’a fallu moins de huit titres pour me plonger dans une réminiscence béate, la sensation de redécouvrir un continent un peu oublié, perdu derrière les brumes électroniques qui m’habitent, un peu de ce que j’avais ressenti, certes sur un autre registre, lors de ma première écoute du premier album d’OMR ou celui de The XX. Un retour au Vrai en somme.

Les influences très marquées rock, louvoient entre Kraut et Coldwave pour produire un son que certains situent entre LCD Sound System et Blondie. Cela étant, les références aux 80’s me semblent évidentes, à Joy Division par exemple. L’album voit « Kraut Ever » débouler dans nos oreilles comme un premier marqueur de style : des voix cristallines, parfois acides, donnent la réplique à une basse nerveuse sur fond de rythmique binaire. Sur « Swim Swim », la guitare est alors plus présente, plus structurante, les voix prennent de la distance pour créer cette froideur et cette noirceur qui vont habiter l’ensemble de l’album.

Certains titres marquent plus que d’autres : « Goliath » par exemple vient frapper par l’étendue de l’histoire qu’il raconte : une intro intimiste à la Bauhaus (son souvenir hanté reviendra d’ailleurs sur « Sublime ») pour nous entrainer en un pogo énergique, certes adouci d’une envoutante mélodie. « Evidence » poursuit sur la même tension et alimente la hargne, alors que « Wild », tout comme « Sublime » s’affirment plus en contraste d’élégance, de charme et de froideur.

On leur souhaite donc bonne route, pour les suivre avec intéret : "Give me fever" & "Embrace the World" les filles !

URL : http://menschband.com/home/

Permalink :