• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Mobthrow – Mobthrow [par Epoque - octobre 2011]

Il est de bon ton de dire que l’on à pas réellement inventé de « nouveau genre » de musique depuis le début du millénaire. Contrairement à la fin du siècle dernier, les années 2000 ont plutôt participé à la démocratisation de certains styles, la drum and bass est en bon exemple.

Encore plus récemment, le Dubstep s’est imposé comme un incontournable des soirées parisiennes, lui préférant son homologue plus rapide, j’ai été un peu désappointé de ne plus trouver à un moment que des soirées dubstep. Je suis loin de détester le style, mais je le trouve trop lent, je ne pourrais tenir toute une soirée, à un moment, il est nécessaire pour moi que ça parte un peu plus.

l ’Album de Mobthrow est un exemple de ce que pourrait être la soirée parfaite réunissant les deux genres dans une progression efficace est prenante.

On pourrait penser que l’intérêt d’un tel album est limité mais ce serait sans compter sur la formidable ambiance qui accompagne les envolés rythmiques et les morceaux ambiant que vont venir se glisser ça et là afin d’offrir un repos bien mérité à l’auditeur. Car plus on avance dans l’écoute, plus l’intensité monte, terriblement prenant, il se paie le luxe de n’être pas chiant une seule seconde et, comme dans une bonne soirée, offre en ses recoins d’inattendus et grisantes rencontres qui prennent ici la forme de samples savamment placés.

Au cœur de la nuit, alors que l’on sue sang et eau, que les rythmes chaloupés accompagne nos pérégrinations, on croise le regard de cette fille ou de ce garçon, le son monte, la tension est à son comble, l’air se gonfle, la rumeur du public enfle. Ca pars, tout se bouscule, l’âme perd ses repères et on danse comme si c’était la dernière fois, on bouge la tête jusqu’à en avoir mal à la nuque, on se sent exister sur un dancefloor, un vrai luxe.

Du premier morceau, Rainwolf qui rappelle furieusement This Morn’ Omina, en passant par le frénétique et jouissif Street Breakz ou cette fin d’album, en levé de soleil, où l’on peut entendre la belle voix de Nina Simone, tout est ici propre, hétérogène sans être illogique, puissant et riche.

D’une certaine manière et je me répète Mobthrow offre avec ce premier album un petit bout de soirée posé sur une galette, un plaisir coupable à déguster en solo devant son ordi ou avec des amis et de façon nettement plus festive, quelle que soit la manière, il s’agit d’un vrai bon moment de musique.

URL : http://www.adnoiseam.net/adn141
Label : Ad Noiseam

Permalink :