• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Mobthrow – Unfolded [par Epoque - mars 2014]

Mobthrow – Unfolded http://www.adnoiseam.net/adn176

« Tu veux une trace ? »
- Mec, on est en intervention.
- Une demi alors ?

Je fis non de la tête ; mon collègue lâcha l’affaire un peu déçu et retourna discuter le bout de gras avec quelques coquillages de passage, visiblement déjà bien entamés. C’était il y a quelques années, nous étions alors au beau milieu d’un champ envahi de teufeurs qui s’agglutinaient devant des monolithes leur crachant à la figure des hectolitres de beat hardcore. Je venais de passer la moitié de la nuit à discuter avec certains d’entre eux et la fatigue commençait à se faire sentir. Je faisais alors partie de Techno+, une asso d’information et prévention des risques liés à la drogue dans les milieux technos et je commençais à avoir l’habitude de ces free-party sauvages, à dire vrai j’y ressentais comme une certaine lassitude.

Je décidai de faire une pause et de dormir un peu, mais le camion était trop près des enceintes et les énormes kicks me secouaient l’estomac, impossible de se reposer ici. Je sorti et croisa une collègue qui allait pisser, on grimpa une colline ensemble, surplombée par un magnifique tableau stellaire, elle me montra où se trouvait Cassiopée ; c’était vraiment une chouette nana et un chouette moment (je me souviens d’ailleurs d’une teuf trance où elle m’avait fait sniffer de la coke dans le creux de sa main au milieu de la foule, c’était swag).

En redescendant, la musique avait changé, ce n’était plus le même mec qui passait du son et c’était soudainement vachement mieux. J’ai rejoins un autre collègue qui prenait visiblement son pied en lui gueulant à l’oreille « Putain mec, c’est quoi ça ? »

« C’est de l’Acid Techno mec ! C’est ouf ! ».

Consciemment ou pas, je savais que ce style existait, les sonorités me parlaient et j’étais complètement subjugué par le son si significatif du Roland TB-303 et cette sorte de rotation perpétuelle qui pénètre le corps et l’esprit.

Je fis des recherches par la suite et eu l’impression que c’était un style un peu passé de mode (historiquement aussi vieux que moi) et j’ai tenté de répandre la bonne parole autour de moi en racontant mon coup de foudre aux soirées où j’allais, mais sans rencontrer un franc succès.

Si je vous raconte tout ça, c’est parce que c’est clairement ce qui m’a frappé à l’écoute de ce second album du talentueux Mobthrow. J’ai eu l’impression que le monsieur a redécouvert ce style et pris un malin plaisir à fusionner ces sonorités avec son habituelle panoplie de drums et de basses bien sentis.

Triple Acid est complètement représentatif de cette idée (jusqu’à son nom me direz-vous) et se trouve être, à mon sens, l’une des plus grandes réussites de ce disque tant ce savoureux mélange des genres fonctionne à merveille. Il évoque le terrassant Split the Atom de Noisia (vous avez déjà entendu un morceau avec un kick/Snare aussi méchant ? Tentez l’expérience au casque) ou encore les français de Dirtyphonics, la touche « Acid » en plus.

Cela dit il n’y a pas que de l’acid dans cet Unfolded et avant de consommer le plat principal il faut se farcir tout de même deux trois morceaux assez lents et répétitifs ou le compositeur nous rappelle que quand même « il maitrise vachement bien les ambiances et les atmosphères sombres agrémentés de beat downtempo et de basses lourdes qui t’envoient dans l’espace ». C’est pas faux.

Le début de l’album « fait le boulot » comme on dit mais est clairement inférieur à la seconde partie qui après deux proto-tubes dancefloor, Nu Nepal ( Turbo-Shaolin-Dubstep fat-issime) et Triple Acid (pas la peine que je vous redise tout le bien que j’en pense, si ?) nous propose un florilège de tracks assez savoureux qui viennent allégrement draguer les genres à la mode tel que la Witch House ou le Swag-Trap-Hip-Hop Bitchy.

Mobthrow évolue, cherche, creuse et doit surtout écouter beaucoup beaucoup de trucs car, et ce pour la seconde fois, il est irréprochable concernant la variété des paysages musicaux proposés. La fin de l’album est un véritable régal pour les oreilles, qu’on soit friand ou pas des genres, à l’image de ce Above The Rim of the Earth (en feat. Avec Subheim) qui enveloppe l’auditeur sous une chape de ciment synthétique et de grasses mélodies tout en proposant une structure parfaite, progressive et riche, saupoudrée à nouveau d’acides sonorités. Franchement, ce morceau est une tuerie.

La mention spéciale revient toutefois aux voix, dont je ne sais si ce sont des samples ou le fruit des cordes vocales de l’auteur et qui, par moment, apportent une humanité bienvenue. C’est doux et émouvant comme dans le magnifique Cruise Me, qui s’effeuille dans un ballet fort et néanmoins subtil.

Moins urbain, moins festif et bondissant que son premier opus, ce second album de Mobthrow est plus personnel, plus sombre et riche sans être moins puissant, nous avons là un petit bijou particulièrement bien travaillé, à l’image de son intrigante photo de jaquette et l’on a hâte de découvrir les autres trésors et substances que le garçon nous réserve.


Spice Must flow

URL : http://www.adnoiseam.net/adn176
Label : Ad Noiseam

Permalink :