• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Neon Cage Experiment - Materials and methods [par Pedro - janvier 2008]

Il est né le divin enfant, le nouveau testament de la musique électro-industrielle contemporaine composé par nos 4 cavaliers de l’Apocalypse pour le jeune label américain Vendetta.

Je vais être honnête avec nos lecteurs, depuis une bonne dizaine d’années déjà les productions dans ce genre musical ne me procurent qu’un profond ennui de par l’abondance de clichés et de sons multi-couches baroques agissant surtout comme le cache misère du peu d’originalité de dizaines d’obscurs « techniciens informatiques » férus de MAO, souvent incapables d’exprimer une once d’originalité mélodique ou un zeste de fureur organique dans leur création.

Pourquoi en serait-il autrement e ce qui concerne l’œuvre des NCE ?

Et bien tout simplement parce que leur musique est différente, beaucoup plus travaillée, plus profonde, plus tout ce que vous voudrez… et puis surtout parce que cet album dépasse le précédent qui était pourtant déjà au zénith de ce qui peut se faire en France dans le style.
Ce disque est aussi important que le furent « last rights » de SKINNY PUPPY, le premier MORTAL CONSTRAINT ou le « solutions for a small planet » d’HAUJOBB.
C’est peu de le dire mais c’est exactement ça.
Bruno L, Nicolas R, Laurent K et Yoann B ont depuis longtemps digéré les digressions saturées de la fourmi zen, dépassé les maîtres yoda de Zoth Ommog (« life is a terrible disease » chantée par leur collégue de label BRAIN LEISURE ) et stylisé les principes rythmiques des laborantins félés de Warp records (« minds ») pour donner naissance à une créature multiforme noire et obsédante (« shadows of words ») que nous avions déjà pu entrevoir sur la compilation Electronic Manifesto I (« memento »). Le résultat est éminemment prenant je vous le garanti.
Au delà des comparaisons faciles avec d’illustres prédécesseurs, dont peuvent d’ailleurs s’exempter brillamment des morceaux impressionnants comme « masquerade », « caretaker » ou « the loss », je trouve leur songwriting parfais, et que dire de ces nappes de synthés glaciales et de la complexité rythmique hallucinante qui m’ont rendu accro au son NCE.

Une drogue dure, une religion naissante qui je l’espère continuera à se répandre et à séduire de nombreux adeptes avec les projets annexes des membres KL ou NORMOTONE (aka Dead Cell) avec qui j’ai eu le plaisir de collaborer dernièrement.

Pour conclure cette humble chronique je vous conseille de placer cet album sur votre platine, de vous asseoir avec un gros joint bien tassé et de vous laisser dériver dans les univers parallèles de NEON CAGE EXPERIMENT jusqu’aux dernières notes du titre « puppy » tiré de leur premier opus mais remixé ici par l’incontournable Daniel Myer, excusez du peu.

URL : http://www.vendetta-music.com/
Label : Vendetta Music
Artiste(s) : Neon Cage Experiment

Permalink :