• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Scyphozoa - Neptunian8 [par Epoque - juin 2012]

Des effluves de nappes de sons... de... Pardon ? Quoi ? Vous vous attendiez à une énième chronique d’album ambiant ? Une chronique où nous nous attarderions sur le pourquoi ce son est-t-il tellement substantiel et délabré ? Une chronique où je prendrais le temps, si l’album me plait, de vous parler de tels oscillations parfaites au creux de rythmiques décalées et décadentes ?

Où peut-être que, histoire de ne pas me mouiller, je pourrais user d’adjectifs qui ne laisseraient à aucun moment transparaître un jugement. Genre, je n’ai pas aimé l’album mais c’est tellement facile de ne froisser personne avec l’ambient que je laisse planer un doute (en choisissant bien mes mots) qui rend la chronique caduque dés sa parution.

Non, cette fois-ci j’ai une envie de jouer le jeu, d’aller plonger aux cotés de ces méduses qui hantent le métro et de leur dire ce que je pense de tout ça.

Scyphozoa n’est pas un mauvais album, c’est un album chiant. Illustratif, il l’est certainement, mais sans images il devient creux. On peut bien entendu parler des paysages sonores, s’attarder sur le jeu des rythmiques de certains morceaux, notamment sur The Hammer Of Uncontrollable, qui se démarque un peu par son "aphextwinisante" cavalcade. Mais cela ne pèse pas lourd tant à chaque fois et sur chaque piste le même schéma se repète inlassablement. Tout commence par une installation, des sons plutôt propres mais rarement originaux , et puis, et ce à chaque fois, l’ennui vient s’installer petit à petit, nous offrant une léthargie, non pas hypnotique comme dans un Ab Ovo, mais creuse et longue. Cet album, malgré ses bonnes idées s’enlise en lui-même et c’est une tendance que l’on retrouve ailleurs et un peu trop souvent, cela vient peut-être de moi remarque, peut-être y trouverez-vous votre compte. Mais je pense qu’à part si vous êtes un étudiant en cinéma de dernière année projetant de mettre une bande originale ambiant dans votre court-métrage pour illustrer vos trop longs plans contemplatifs, vous pouvez facilement passer à coté.