• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Stendeck - Sonnambula [par Kakru - juillet 2009]

A force de corriger celles des autres, cela devait bien arriver un jour. Et puis pas n’importe laquelle, celle d’un des plus beaux albums de cette année 2009, sorti sur un des labels les plus intéressants, label que j’allais explorer encore plus profondément, grâce à cet album.

La Suisse est depuis longtemps un pays prolifique en matière de musiques électroniques. Elle nous le prouve une fois de plus avec Stendeck, alias Alessandro Zampieri, dont le nom est une variation du message radio d’alphabet morse étrange final envoyé par l’avion la Vie en rose le 2 aout 1947 avant sa disparition mystérieuse.

Sorti sur le génialissime label Tympanik audio, regroupant des artistes comme Totakeke, Electronic Substance Abuse, Broken Fabiola ou encore Ad·ver·sary, Sonnambula est une véritable gifle. On baigne pendant 71 minutes dans de l’electronica puissante et très mélodique, d’autres diront de l’IDM. Personnellement j’avoue me perdre dans ces catalogues.

A la première écoute de ce troisième album,cela m’a de suite fait penser à du Empusae, les nappes en plus. Car elles sont omniprésentes, comme elles le sont d’ailleurs sur beaucoup de productions de Tympanik. Elles vous transportent, elles sont comme un voile très doux que l’on vous passerez sur le corps un soir d’été.
Mais le voile devient vite quelque chose de plus rugueux, car la rythmique vient s’interposer ; (« Through Tiny Windows We Wonder Constellations » ou « Every Time I Try to Reach, You Just Fade Away ») viennent rappeler que l’on ait pas dans de l’ambiant, même si « Admira and Bosko (Love During the Time of War » ou « Hunters of the Last Summer Breeze » pourraient nous le faire penser. Il se permet d’ailleurs de finir l’album dans cette veine (« Sonnambula (Don’t Worry It’s Just a Dream) ») un titre qui me donne la chair de poule à chaque fois, un doux mélange (encore une fois) entre ambiant et sons saturés.

Avec « Lullabies From the Cliff by the Raging Sea » ou « It Must be Heaven » nous sommes en résidence chez Tympanik, mais Stendeck sait nous rappeler avec « Happy Little Children Playing on the Cherry Tree » qu’au départ il a une formation classique de piano.

Choisir un titre relève de l’impossible. J’avoue avoir un petit faible pour « Blind Army Parade », mais finalement ce sera It Must be Heaven que je rêve un jour d’entendre sur un dance floor. Lugano – Montpellier ça fait beaucoup de kilomètres ça non ?

URL : http://tympanikaudio.com/
Label : Tympanik Audio
Artiste(s) : Stendeck

Permalink :