• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Stupre - Priceless [par - octobre 2010]

A la vue du nom de ce groupe je me suis dit que ça devait encore être un truc simili power noise à deux balles pondu en 5 minutes avec une pochette d’usine rouillée et puis je me suis vite aperçu qu’ils venaient de Strasbourg et que Neon Cage Experiment et VX69 étaient de la partie, ce qui m’a franchement encouragé à écouter le fichier en entier.

Dés le premier titre "thirteenth lover" la musique du duo STUPRE nous fait penetrer immédiatement dans l’univers schizophrénico - grand guignolesque des groupes electro dark du milieu des années 90’s, Velvet Acid Christ et Suicide Commando en tête, des titres down tempo pervers et lancinants laissent remonter des relents de Wumpscut et de GGFH pour le côté chant black métal passé à la distorsion avec un univers et des textures proches de celles de gens comme Dataraper, OTX ou Chrysalide. En bridant un peu mon esprit critique j’avoue que j’aime bien certains titres comme "Forloner feat Neon Cage Experiment", "Drag King feat VX69", "Bhellamadonna" et "Sunset" mais dans l’ensemble je trouve que la voix distordue avec le même effet tout le long de l’album devient trés vite lassante, il faut parfois savoir laisser au vestiaire le masque du serial killer symbolisé par les distorsions vocales qui finissent par désservir la structure des morceaux sur la longueur d’un disque (et je sais de quoi je parle étant donné que j’ai utilisé pendant trés longtemps cette même distorsion). Un chant plus clair par intermittence aurait été probablement bien plus intéressant à explorer, surtout que ces compos sont assez complexes même si elles patissent d’un mix confus et d’un mastering qui manque de puissance. Malgré tout le groupe assume ses choix de production abusant des presets de synthés virtuels et de logiciels cheapos comme ils le disent en interview. Ce genre de postulats ne me géne pas au contraire, mais je trouve que pas mal de ces compos auraient méritées d’être soignées au mix comme peuvent l’être les travaux des grand frêres alsaciens NCE, R3MUTE ou SONIC AREA. Au final le respectable label Cortex sort un disque assez classique qui renvoie par moments à celui de WIRED BRAIN signé sur ce même label il y a quelques années, justement espérons que ce groupe ci aura un avenir discographique plus prolifique et radieux .. et surtout qu’ils sauront se démarquer de leurs lourdes influences pour creer leur propre univers sonore.

Havoc aka Pedro

URL : http://www.myspace.com/stupre

Permalink :