• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

The Other Colors - Up Up Up [par Freak Show Factor - avril 2012]

Une image déformée. Un visage que l’on devine à peine ... pixelisé. Une voix féminine qui vous confie : "Je sais ce que c’est que la douleur terrible ... et mes prières sont avec vous." C’est ce titre Medusa qui a le premier éveillé mon intérêt. Ce visage déformé est le vôtre. Votre reflet sur l’écran du PC. Cette douleur insupportable dans la cage thoracique. Une recherche sur internet. On suit le fil des réponses infructueuses. On subit de lien en lien la frustration que les informations hors sujet engendrent. D’une recherche sur sa douleur, on tombe sur des photos d’animaux en cage et des comparateurs de prix. On déambule, de Wikipedia aux forums Doctissimo, comme on ère dans les rues la nuit dans l’espoir d’on ne sait quoi. Marie Möör invente les réponses que renverrait un moteur de recherche à cet appel au secours. Et nous l’entendons comme si elle les lisait sur l’écran. Le mot cage revenant inlassablement toutes les deux lignes, à la même intonation, comme pour matérialiser la mise en évidence du mot clé dans les suggestions. Google a beau être ton ami, il ne peut te prendre dans ses bras.

J’arrêterai là l’explication de texte, d’ailleurs, les autres tenant plus de l’exercice freudien, il appartiendra donc à chacun d’en faire son interprétation. La voix de Marie Möör s’accompagne d’une pop électronique abstraite de Laurent Chambert qui crée une atmosphère lynchienne. Tel Dédale, il construit l’album en un parcours inextricable pour enfermer à jamais le monstre pris au piège. En effet, les même textes de Marie sont repris et traités totalement différemment, de telle façon que l’on ne s’en rend pas compte la première fois. Ni la deuxième d’ailleurs. Et ça donne l’impression de tourner indéfiniment en rond, créant le vertige, le malaise ... la peur qu’inexorablement, on finira par tomber nez à nez avec le monstre. Oui, peut-être qu’au bout du labyrinthe vous apercevrez votre reflet dans ce grand miroir qui a le pouvoir de vous montrer tel que vous êtes ... quelle vision horrible !

PS : Si l’album m’a l’air de tourner autour de la frustration, quelle n’est pas la mienne quant à ce premier morceau electro pouet pouet (éponyme en plus) qui n’a, pour moi, rien à faire ici.

URL : http://www.theothercolors.com/

Permalink :