• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Thermidor - 1929 [par Sept-Cuivres - avril 2008]

La crise économique mondiale, la tentation de la récession, les faillites bancaires... de la à assimiler la situation de 2008 à celle de 1929, il n’y a qu’un pas que les économistes se refusent à franchir. Thermidor l’a implicitement fait en tentant de nous replonger dans l’univers du chaos économique et des désillusions sociales propres à cette époque d’entre deux guerres.

On n’en sait finalement que peu sur "J.", l’homme, de nationalité portugaise, qui se dissimule derrière cet univers déroutant au moyen de longues plages sonores habitées par les productions Cyclic Law, Cold Meat Industry et les plus ambiantes de Divine Comedy Records, pour ne citer que quelques labels.

Les longues boucles atonales évoquent parfois Les Joyaux De La Princesse dans leurs décors les plus récents. Les plages atmosphériques s’écoutent, ou plutôt s’entendent au gré de la recherche de la bonne grille de lecture sonore, que dont l’auditeur aura la lourde tâche de rechercher, sans doute en vain.

Certains iront chercher du côté de Delerium (side-project de Bill Leeb de Front Line Assembly), d’autres de De Mange Machine, voire des réminiscences de musique concrète... définitivement inclassable.

Parfois une voix slavisante vient briser l’arythmie grandiloquente de l’enchevêtrement des samples "spoken words" (peut-être Georges Gurdjieff ?), mais c’est pour mieux repartir aussi vite qu’elle est arrivée. Elle laisse sa place à un Lied déconstruit, déstructuré, désillusionné.

Finalement on imagine une forte influence lovecraftienne.

Ou alors on se met dans la peau de ces explorateurs partis à la recherche de l’Atlantide, de l’Hyperborée, de la Lance de la Destinée... loin du matérialisme déchu et de la vénalité abrogée...

Raison d’Être et Sophia ne sont pas bien loin... et disparaissent aussi, nous laissant sans repère.

C’est comme ça Thermidor, comme la tâche brune que l’on croit observer en plissant les yeux en direction du soleil, comme le bruit inquiétant que l’on croit distinguer au beau milieu de la nuit entre les sonorités habitant la pénombre ou encore le mirage qui rend la route d’été liquide alors que la fournaise règne ; on croit le saisir, mais ce serait comme s’il avait vocation à totalement nous échapper.

Ou s’agirait-il tout simplement de la traduction acoustique des dernières pensées qui accompagnèrent les banquiers ruinés dans leur entreprise de suicide, du haut des premiers buildings ?

Ou tout simplement un énième représentant de la "musique difficile pour gens difficiles" ?

Et ce n’est pas les notoires Empusae et Flint Glass qui nous aideront, avec leur remixes respectifs, à trouver la faille.

Souhaitant que Thermidor nous donne la réponse dans l’album suivant, chez le profilifique label Brume Records...

URL : http://www.brumerecords.com/
Label : Brume
Artiste(s) : Thermidor

Permalink :