• Tu veux rencontrer des gens, te faire des amis, 3615 ma life
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez annoncer une soirée, un événements
    C'est par ici >>
  • Vous souhaitez nous faire parvenir une démo
    c'est par ici >>
  • Axess Code
    2 impasse des bartavelles,
    lot n°3,
    les cressantines,
    34920 le cres- France

Evénements

Zno -l- [par Havoc - novembre 2010]

J’ai écouté ZnO pour la première à l’occasion d’un excellent versus avec Ex_Tension, une piste techno industrielle bien progressive et trippante. Puis aprés avoir jeté une oreille attentive sur l’album de remixes Agressivsouls sorti en 2008 et sur lequel intervenait la maffia indus strasbourgeoise Neon Cage Experiment, Flesh On Steel et Sonic Area ainsi que Lith et l’infatigable activiste belge Kirdec j’ai fini par oublier cet artiste qui tourne trés peu et oeuvre dans l’ombre de l’underground. Quand Dogme m’a proposé de chroniquer ce nouvel album de ZNO je me suis dit que c’était la bonne occasion pour approfondir l’univers de ce mystérieux energumène. Révolutions ? c’est le titre de ce disque, je m’attendais forcément à quelque chose de révolutionnaire mais l’univers, le son et la structure des pistes de cet album n’apportent rien de nouveau dans le monde figé de la musique industrielle version 3.0. Du coup je vais me contenter de commenter chaque titre selon mon propre ressenti :

Dés l’ouverture "defy" introduit le propos par un souffle humain loopé et quelques cliquetis qui nous conduisent à un broken beat mastodonte dans l’esprit des premiers SCORN, le tout pollué par des samples en français qui ont plus tendance à interférer sur le côté hypnotique du beat cassé.

Avec "suprahead" le propos prend une amplitude plus intéressante et ouverte sur une drum n’ bass tellurique et sournoise qui ouvre les portes de la perception vers un monde neo symphonique limite black metal instrumental. Le projet ZNO a d’ailleurs pas mal de points communs avec quelques uns des groupes d’Ad Noiseam, notamment BONG RA ou ENDUSER même si sa musique est plus maladive, froide et dépressive.

Les trés bons morceaux "golden age" et "revolutions" avec leurs petites mélodies inquiétantes et une voix fantômatique qui illustre parfaitement cette impression de plongée dans les méandres psychédéliques du personnage, entre le LEGENDARY PINK DOTS de " the tower" ou les COIL les plus récents. Ces tracks là sont les plus reussis d’un album qui se perd dans ses repéres et influences, comme le dévoilent des compos comme "trunkated man" trés Tympanik style ou "gliff" voire "compress" (avec un final break core sublime) qui bifurquent vers un métal lourd à base de sons guitaristiques bien crunchy que ne renieraient pas les camarades Muckrackers.

La surprise vient de "something else" avec un spoken word en français (diction un peu maladroite), ambiance lancinante où la voix au phrasé proche d’un Daniel Darc se laisse envouter par un break beat dub qui fait penser à du MEAT BEAT MANIFESTO remixé par JOHN CARPENTER.

"Depht of humanity" et "hypnosis" me font penser à du HECATE par leur côté evil bien satanique et la lourdeur mécanique et raide de la boucle rythmique ant zenienne. Un univers touffu et baroque à la fois électro- indus, dark trip hop - ambiant et drone métal dont je suis personnellement peu friand même si je reconnais le travail effectué par ce musicien à sa juste valeur.

Pour conclure nous avons là un album somme toutes assez cohérent dans l’ensemble qui plaira aux fans des groupes susnommés dan cette review mais n’intéressera pas les amateurs de sons hi-tek bien profilés car ici le parti pris sonore est carrément lo fi et organique, ça sent la rouille, ça suinte la désillusion. Je trouve le mastering un peu sourd, mat, compact, plus proche du drone metal de BORIS, SUNN O))), GOLDFLESH ou JESU que de l’intelligentsia breakcore futuriste de VENETIANS SNARES ou PANACEA

URL : http://www.zno-music.com

Permalink :